Global Terrorism Index 2016 : augmentation de 650 % des décès attribuables au terrorisme parmi les pays membres de l'OCDE

-

  • Chute de 10 % des décès attribuables au terrorisme à l'échelle mondiale, assombrie par une hausse de l'impact global du terrorisme alors que davantage de pays enregistrent des niveaux de terrorisme record
  • Le succès militaire contre l'État Islamique et Boko Haram a eu pour conséquence une baisse des décès en Irak et au Nigeria, mais les deux groupes ont répandu la terreur dans les États et régions voisins
  • 23 pays ont enregistré leur nombre de décès attribuables au terrorisme le plus élevé à ce jour, en comparaison avec le pic précédent de 17 pays en 2014
  • 21 pays membres de l'OCDE sur 34 ont fait l'objet d'au moins une attaque terroriste, la majorité des décès ayant été enregistrée en Turquie et en France
  • La France, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Koweït et la Tunisie ont enregistré des hausses considérables du terrorisme, influençant une détérioration globale de 6 % du score du GTI
  • L'impact économique mondial du terrorisme a atteint 89,6 milliards USD en 2015

Le nombre total de décès provoqués par le terrorisme a diminué de 10 % pour atteindre 29 376 en 2015, d'après le Global Terrorism Index 2016, inversant la tendance haussière des quatre dernières années.

(Logo: photos.prnewswire.com/prnh/20141118/717092 )

Les interventions militaires contre l'État Islamique et Boko Haram ont entraîné une réduction de 32 % des décès en Irak et au Nigeria, ce qui a contribué à un recul global du chiffre mondial. Cependant, tandis que l'État Islamique et Boko Haram ont été affaiblies chez elles, ces dernières se sont répandues dans d'autres pays, augmentant l'impact du terrorisme dans le reste du monde et contribuant à une détérioration de 6 % du score global du GTI de cette année.

Le rapport annuel, élaboré par l'Institute for Economics and Peace (IEP) et qui s'appuie sur la base de données du terrorisme mondial du National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START) ainsi que sur d'autres sources, fournit la ressource la plus complète sur les tendances mondiales du terrorisme. Il révèle qu'à l'échelle internationale, le nombre de pays enregistrant leur nombre de décès le plus élevé en 2015 a augmenté pour passer à 23, soit six de plus que le pic précédent de 17 pays. Les pays affichant des détériorations très significatives de leur score GTI incluent la France, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Koweït et la Tunisie. Cela a entraîné d'importants changements dans le classement par rapport à l'année dernière, tout en contribuant à la baisse globale du score GTI car ces diminutions l'ont emporté sur les améliorations enregistrées au Nigeria et en Irak.

L'État Islamique et ses filiales ont plus que doublé le nombre de pays dans lesquels ils sont actifs, bondissant de 13 en 2014 à 28 pays en 2015, y compris de nombreux pays d'Europe. Cela a découlé sur un nombre record de pays enregistrant leurs niveaux de terrorisme les plus élevés en une année au cours des 16 dernières années. L'expansion de Boko Haram dans les pays voisins tels que le Niger, le Cameroun et le Tchad a fait augmenter de 157 % le nombre de décès attribuables au terrorisme dans ces trois pays. En conséquence, le Cameroun et le Niger ont atteint la 13e et la 16e places du GTI respectivement.

Steve Killelea, président exécutif de l'IEP, a déclaré : « Le rapport GTI de cette année met en relief les dynamiques les plus complexes des 16 dernières années en matière de terrorisme mondial. Même si, d'un côté, la réduction des décès est positive, la poursuite de l'intensification du terrorisme dans certains pays et sa propagation à de nouveaux territoires donne lieu à de vives inquiétudes, et souligne la nature fluide de l'activité terroriste moderne. Les attaques perpétrées au cœur des démocraties occidentales révèlent la nécessité de réponses rapides et adaptées à l'évolution de ces organisations. »

Dans les pays de l'OCDE, les tactiques transnationales de l'État Islamique combinées aux attaques solitaires inspirées par le groupe ont contribué à une hausse de 650 % du nombre de décès. 21 des 34 pays de l'OCDE ont fait l'objet d'au moins une attaque, la majorité des décès ayant été enregistrés en Turquie et en France. Le Danemark, la France, l'Allemagne, la Suède et la Turquie ont tous enregistré le nombre de décès attribuables au terrorisme le plus élevé en une année depuis 2000. Plus de 50 % des 577 décès répertoriés étaient liés à l'État Islamique, dont les attaques à Paris, Bruxelles et Ankara qui ont figuré parmi les plus dévastatrices de l'histoire de ces pays.

Steve Killelea a ajouté : « Les combattants étrangers de l'État Islamique qui sont allés en Syrie ont généralement un niveau d'éducation élevé mais de faibles revenus. En effet, bon nombre d'entre eux décident de se joindre à cette organisation en partie à cause d'un sentiment d'exclusion dans leur pays. Il est crucial de comprendre les moteurs du terrorisme afin de développer des stratégies antiterroristes capables de lutter contre la radicalisation. Les opérations militaires contribuent clairement à modérer les actes de l'État Islamique en Irak, mais l'attrait continu de cette organisation, reflété dans les attaques inspirées par l'État Islamique en Europe, démontre les limitations d'une approche purement militaire. »

Au sein des pays de l'OCDE, le rapport révèle que les facteurs socio-économiques tels que le chômage des jeunes, les niveaux de criminalité, l'accès aux armes et la méfiance vis-à-vis du processus électoral sont les facteurs les plus statistiquement significatifs en corrélation avec le terrorisme. Dans les pays en développement, une histoire de conflits, de niveaux de corruption et d'inégalités basées sur les groupes sont les facteurs les plus significativement liés aux activités terroristes.

L'impact économique mondial du terrorisme a atteint 89,6 milliards USD en 2015 : l'Irak a fait l'objet de l'impact économique attribuable au terrorisme le plus important, totalisant 17 % de son PIB en 2015. Les cinq pays affichant l'impact total attribuable au terrorisme le plus élevé sont l'Irak, l'Afghanistan, le Nigeria, le Pakistan et la Syrie. Ces cinq pays ont enregistré 72 % du total des décès attribuables au terrorisme en 2015. Les quatre groupes terroristes les plus meurtriers (l'État Islamique, Boko Haram, les Talibans et Al-Qaïda) opèrent dans ces pays et sont responsables de 74 % du total des décès attribuables au terrorisme. L'État Islamique a dépassé Boko Haram en tant que groupe terroriste le plus meurtrier en 2015, avec des attaques perpétrées dans 252 villes différentes ayant donné lieu à 6 141 décès.

NOTES À L'INTENTION DES RÉDACTEURS

Le rapport complet du GTI ainsi que la carte interactive sont disponibles sur le site : www.visionofhumanity.org

Suivez-nous : @GlobPeaceIndex #TerrorismIndex

Aimez-nous : www.facebook.com/globalpeaceindex

SOURCE Institute for Economics and Peace

Share:


About Institute for Economics and Peace

View Website or Media Room

IEP was established in 2008 in order to study the relationship between business, peace, and economic development and to provide tools for understanding and analysing the value of peace. IEP grew out of a key finding of the Global Peace Index (first published in 2007) - that there is a significant relationship between peacefulness and national wealth. Peace is the focus of IEP's research because it